Économie

Suite au conclave budgétaire, le Gouvernement bruxellois a opéré des choix ambitieux pour concrétiser la mise en place d’une politique audacieuse de soutien à l’entreprise à Bruxelles. Et ce, tout en simplifiant la cartographie des structures publiques. Ce mardi 20 octobre 2015, le Ministre Didier Gosuin présente la réforme.  

A l’occasion du conclave budgétaire qui s’est tenu ces 17 et 18 octobre 2015, le Gouvernement bruxellois, sur proposition du Ministre de l’Economie et de l’Emploi, Didier Gosuin, a décidé de maintenir le prix du titre-service à 9€ durant toute la durée de la législature et de diminuer la déductibilité fiscale de moitié, passant de 30 % à 15%. Néanmoins, cette diminution est compensée par une diminution de 0,5% de l'impôt sur les revenus du travail. 

Indépendamment du jeu, le gaming concerne des applications et des éléments de réalité virtuelle qui servent à de nombreux autres secteurs, comme la santé. A Bruxelles, de plus en plus d’entreprises voient le jour dans ce domaine.

Mardi 22 septembre s’est tenue une journée d’étude consacrée au développement économique généré par Brussels Airport, à l’initiative des interlocuteurs sociaux du SERV, du Conseil économique et social de la Région bruxelloise et du RESOC Vlaams-Brabant. Une première dans l’histoire de l’aéroport dont les impacts tant économiques qu’environnementaux dépassent les seules frontières de Zaventem.

Ce midi, le Ministre Gosuin et les représentants d’Atrium ont présenté le nouveau contrat de gestion de l’administration. Plus qu’un simple document qui fixe le cadre de développement du commerce, il s’agit de l’aboutissement de toute une réflexion. Une manière de mettre en avant Atrium comme LA référence en matière de commerce régional.

 

Depuis quelques temps, nous assistons à une montée en puissance de start-ups qui bousculent notre économie traditionnelle.  Leur arme de développement : les nouvelles technologies. Des questions se posent, des changements s’imposent. Pour Bruxelles, le défi est de tirer profit de ces nouvelles technologies pour se développer et booster son économie.

Le secteur des Industries Créatives et Culturelles représente plus de 45.000 emplois en Région bruxelloise. Il génère un chiffre d’affaire de 12,9 milliards d’euros soit 6,3% du chiffre d’affaire total de Bruxelles. Cependant, tout n’est pas entièrement rose et des améliorations restent à faire. C’est ce qui ressort du débat entre le Ministre Didier Gosuin et les acteurs de terrain lors du dernier Brussels Creative Forum.

Le secteur des Industries Créatives et Culturelles participe de manière importante à la dynamique socio-économique bruxelloise : 

 

Commerçants, très petites entreprises, professions libérales, PME... en 2014, ils sont 1.944 entrepreneurs en difficultés à avoir demandé de l’aide au Centre d’Entreprises en difficulté (CED). A Bruxelles, aider les entrepreneurs est une préoccupation essentielle du Gouvernement.

 

Que ce soit pour démarrer ou se développer, un entrepreneur est régulièrement confronté à la question de l’accès au financement. Malheureusement, on constate depuis quelques années que les entrepreneurs ont de plus en plus de mal à obtenir des financements bancaires. A priori le tax shelter pour les start-ups est donc une bonne idée. Mais attention aux effets d’aubaine…

Ce mardi 30 juin 2015 se tient le dernier Conseil de Coordination Economique (CCE) avant les vacances. L’occasion d’échanger sur les solutions à apporter aux problèmes que rencontrent certaines entreprises sur notre territoire. Mais que cache l’acronyme CCE ?

Créé par le Ministre de l’Economie, il y a 10 ans, le Conseil de Coordination Economique est une plate-forme d’échanges d’informations économiques. 4 fois par an, il réunit le Ministre de l’Economie, son cabinet et les tops managers des 21 institutions publiques régionales en lien avec l’économie.