Emploi

 

Les chiffres d’Actiris pour janvier 2016 viennent de sortir. Le chômage à Bruxelles continue à diminuer : - 7,2% sur base annuelle. Quant au chômage des jeunes, il a baissé ce mois-ci de 10,7% sur base annuelle. 

Fin janvier, on dénombre en Région de Bruxelles-Capitale 100.471 chercheurs d’emploi inoccupés (DEI) , soit une diminution de 7.750 personnes par rapport à l’année précédente  (-7,2%).

 

Pour la première fois, la Région bruxelloise opère une véritable révolution copernicienne dans la lutte contre le chômage des jeunes. Elle s’engage formellement à fournir un emploi d’un an, à chaque jeune de moins de 25 ans qui, après 18 mois d’accompagnement par Actiris, n’aurait toujours pas trouvé d’emploi.

 

En janvier 2015, à l’initiative de Nestlé, 8 grandes entreprises ont créé l’Alliance for Youth en Belgique. Concrètement, ces entreprises se sont engagées à offrir ensemble plus de 2.600 opportunités d’emplois et de stages à des jeunes de moins de 30 ans entre début 2015 et fin 2016. Un an après sa mise en place, où en est-on ?

 

On peut lire dans le journal l’Echo de ce vendredi 8 janvier que Proximus a obtenu le droit de pousser les employés de 60 ans et plus vers la sortie. Une nouvelle qui fait réagir le Ministre Didier Gosuin.

C’est un fait connu : Proximus cherche depuis longtemps à se défaire de ses employés les plus âgés pour réduire ses coûts de personnel. Une volonté entendue par le Gouvernement Michel qui a donné son feu vert à un plan de départs volontaires des travailleurs de 60 ans et plus. 

 

Les chiffres d’Actiris du mois de décembre 2015 le démontre : le chômage continue toujours à baisser à Bruxelles. En 1 an, on enregistre une baisse de 7.199 chercheurs d’emploi à Bruxelles. Une nouvelle encourageante en ce début d’année. Néanmoins, le chômage des jeunes reste préoccupant.

Selon le bilan d’Actiris, les nouvelles concernant l’emploi sont bonnes.  

 

Dans l’édition du journal Le Soir du 14 décembre 2015, Zakia Khattabi déclarait que le taux de chômage à Bruxelles atteint 40%. « Ce chiffre n’a aucun sens », déclare Didier Gosuin, Ministre bruxellois de l’Emploi.

 

Les défis sont nombreux en matière d’emploi : la sous-qualification, le chômage des jeunes, la disparition des emplois à faible qualification… C’est pourquoi, le Gouvernement bruxellois cible ses politiques d’emploi autour du renforcement de la qualification des chercheurs d’emploi et de l’accessibilité à l’emploi d’un public plus fragilisé. En 2016, le budget Emploi passe de 834.531.000€ à 897.516.000€, soit une augmentation de 7,55%.

Les politiques qui feront 2016 :  

 

A Bruxelles, 48% des offres d’emploi requièrent spécifiquement la connaissance d’une deuxième langue, généralement le néerlandais ou l’anglais. Le choix est donc rapide lorsqu’une entreprise doit choisir entre un candidat multilingue et quelqu’un qui ne l’est pas. Afin d’améliorer les connaissances en langues des chercheurs d’emploi, Actiris a donc lancé les chèques langues. Seulement, le système actuel n’atteint pas ses objectifs.

 

En matière d’emploi, les défis pour Bruxelles sont nombreux. C’est pourquoi, le Gouvernement Bruxelles a arrêté plusieurs grandes priorités pour 2016.