News

Le 22 janvier dernier, le gouvernement bruxellois a lancé le coup d’envoi de l’évaluation des 9.945 postes d’agents contractuels subventionnés (ACS).

Décidé à la fin des années 80 comme un outil conjoncturel visant à freiner l’évolution du chômage, la mesure ACS est aujourd’hui devenue le principal programme de résorption du chômage en Région bruxelloise. 

La mesure consiste en l'octroi d'une intervention financière à l'employeur qui engage des chercheurs d'emploi inoccupés et qui couvre la quasi-totalité du salaire du travailleur.

Nestlé, à la manœuvre, Adecco, AXA, Ernst&Young, IBA, IBM, Securex et Sodexo vont offrir 2600 emplois ou stages pour les jeunes en 2015 et 2016.

A Bruxelles, le taux de chômage des jeunes est indécent, 28,2% en janvier dernier. Et même si celui-ci ne cesse de diminuer ces derniers mois, il reste préoccupant.

Un des grands dossiers qui marquera l’année 2015 est la Garantie pour la Jeunesse. De quoi s’agit-il ?

Depuis le 1er janvier 2015, la Garantie pour la Jeunesse permet de lutter contre le chômage des jeunes et d’améliorer leurs compétences afin de trouver un emploi.

A partir du 1er janvier 2015, les personnes qui perçoivent des allocations sur base de leurs études depuis 36 mois et plus ou celles qui n’ont pas suffisamment travaillé pour recevoir des allocations seront exclues du chômage.

Elles n’auront d’autre choix que de se tourner vers les CPAS pour espérer bénéficier de revenu d’intégration sociale. Une partie d’entre elles n’y auront pas droit car elles ne rentreront pas dans les conditions. Les chefs de famille et les personnes isolées y auront peut-être droit.

A Bruxelles, le système des titres-services ne changera pas en 2015. Pas d’augmentation du prix du titre-service et pas de diminution de la déductibilité fiscale. Le système est budgétisé pour 2015 : une enveloppe fermée de 207 millions est octroyée à la mesure.

Selon des études menées par Sodexo, on remarque, en 2014, que le nombre de titres-services remboursés en Région bruxelloise présente une légère croissance de 0,51% (- 3,19% en Wallonie) par rapport à 2013.

Le 16 octobre 2014, le gouvernement bruxellois a décidé de cesser les activités de T Brussels HR Services, société d'intérim, d'outplacement, de recrutement et de sélection, au vu d'une situation financière malsaine qui perdure, tout en évitant la casse sociale.